Cézanne et Moi

1016481_fr_cezanne_et_moi_1467902995967CÉZANNE ET MOI
Réalisateur : Danièle Thompson
Avec : Guillaume Gallienne, Guillaume Canet, Déborah François, Sabine Azéma, Alice Pol
Origine : France
Genre : biopic, drame
Durée : 1h53
Sortie : 21 septembre 2016

Synopsis : Ils s’aimaient comme on aime à treize ans: révoltes, curiosité, espoirs, doutes, filles, rêves de gloires… ils partageaient tout. Paul est riche. Emile est pauvre. Ils quittent Aix, « montent » à Paris, pénètrent dans l’intimité de ceux de Montmartre et des Batignolles. Tous hantent les mêmes lieux, dorment avec les mêmes femmes, crachent sur les bourgeois qui le leur rendent bien, se baignent nus, crèvent de faim puis mangent trop, boivent de l’absinthe, dessinent le jour des modèles qu’ils caressent la nuit, font trente heures de train pour un coucher de soleil… Aujourd’hui Paul est peintre. Emile est écrivain. La gloire est passée sans regarder Paul. Emile lui a tout : la renommée, l’argent une femme parfaite que Paul a aimé avant lui. Ils se jugent, s’admirent, s’affrontent. Ils se perdent, se retrouvent, comme un couple qui n’arrive pas à cesser de s’aimer.

Critique : Zola : « J’ai la nationalité française ! » – Cézanne : « Bienvenue chez les enculés ! »

Raconter Zola et Cézanne qui, tous deux appartiennent au 19ème siècle et ont marqué un tournant dans l’Histoire, est difficile à effectuer sans appréhension de la part du spectateur. Il peut craindre un cinéma fleur bleue, dirigé par un romantisme à la française exacerbé. Pourtant, on y retrouve un langage parfois grossier, mais surtout une simplicité humaine grandiose. Car si nous connaissons tous bien les noms, nous n’en connaissons que peu les hommes. Il n’y aurait même pas besoin de les nommer que leur histoire nous est proche. Ces deux hommes ne partent pas égaux, l’un est riche et idéaliste, l’autre est pauvre et ambitieux. Tous deux sont pourtant animés par la même soif de réussite, 2 arts, 2 passions, 2 personnalités et 2 destins différents. Zola veut réussir pour sortir de sa misère, Cézanne veut ouvrir une voie vers des formes nouvelles.

Guillaume Gallienne nous offre une interprétation incroyable de Paul Cézanne, sanguin venu du sud, mais ô combien sensible. Un cadeau de Guillaume Gallienne, mu par une sincérité déconcertante. Saluons aussi la performance et la transformation bluffante de Guillaume Canet, loin d’être en marge de son partenaire de jeu.

Cette grande interrogation sur la réussite s’adresse à tout spectateur qu’il soit artiste ou non. Et quand Cézanne est touché d’être refusé au salon des refusés (lieu d’exposition mythique de l’époque), le spectateur peut se demander : N’est-il pas encore aujourd’hui un salon des refusés, comme la Capac ou le CPAS ?

Un film où se rencontrent peinture et littérature, retraçant les vices des hommes, la difficulté de l’amitié et du métier d’artiste.
« Etre artiste c’est être prêt à dormir toute sa vie dans un taudis pour quelques minutes d’applaudissement. »

Bande annonce :