Be Film Festival : Johnny Walker

1015795_fr_johnny_walker_1450083456943Johnny Walker de Kris De Meester et Anton Scholten
Avec Hank Botwinik, Eric Godon, Astrid Whettnall, Christelle Cornil, Michel Schillaci, Mieke Daneels, Bruce Geduldig
Genre : comédie dramatique
Durée: 1h25min

Sortie : prochainement (Projeté lors du Be Film Festival)

Synopsis :
Un réalisateur hollywoodien est rongé par ses propres peurs dans un château. L’arrivée d’une mystérieuse femme lui offre un possible salut. Inspiré par « Les Carnets du sous-sol » de Dostoïevski, Johnny Walker tente de répondre à la question suivante : vivre une longue vie est-ce immoral, vulgaire ou seulement emprunt de mauvaises manières ?

Critique :

Johnny Walker, dommage !

Johnny Walker est un film surprenant. En effet, le spectateur ne s’attend pas à s’ennuyer autant. Puis, après les premières scènes, il comprend. Il s’agit d’un film de contemplation. Un homme anglais, en état de dépression, perdu dans la campagne belge, rumine un projet artistique depuis des années. Tandis que sa femme se détourne de lui, il reçoit la visite d’une autre jeune femme enceinte. Le maître mot de ce film est « dommage ». Il est dommage de voir des plans si esthétiques, un casting si bon, des mises en scène intéressantes, pour un moment de cinéma qu’on aura vite fait d’oublier. Des tentatives sont pourtant présentes. Une scène « mythique » et bien belge se produit entre des policiers wallons et des policiers flamands, se disputant le territoire du château du protagoniste. Puis, cette histoire tombe aux oubliettes, on se demande pourquoi cette scène a eu lieu. L’intrigue de ce film ne nous parvient pas, l’incompréhension du scénario prend la place sur la complicité des personnages, les longueurs sont difficiles à vivre pour le spectateur… dommage !

Line Destrait

Bande annonce :