Rencontre avec les réalisateurs de « Avril et le monde truqué »

A l’occasion de la sortie en salles de « Avril et le monde truqué » ce 4 novembre, nous avons posé quelques questions aux deux réalisateurs, Franck Ekinci et Christian Desmares.

festival-d-annecy-tardi-et-ses-comperes-racontent-la-genese-d-avril-et-le-monde-truque,M232626
– Comment est né le projet ?

Franck : L’idée est venue de Benjamin Legrand, un scénariste qui a fait des longs métrages, des téléfilms et beaucoup de bandes dessinées. Il est au passage le traducteur français de Tom Wolfe. Benjamin avait travaillé avec Jacques Tardi il y a longtemps et il a imaginé cette idée car Tardi n’avait  jamais été adapté en dessin animé. Il est venu nous voir à l’époque où on finissait de travailler sur « Persepolis », donc il y a 8 ans. Au début il ne savait pas s’il voulait faire une série télé ou un film.
Après il y a eu différentes étapes, moi j’ai fait un petit diaporama promotionnel et Christian a fait un pilote pour tester pour la première fois la façon de traduire Tardi en dessins animé. Le scénatio a été assez long à écrire et la production a mis deux ans et demi.

– Quelle a été l’implication de Jacques Tardi ?

Christian : Tardi avait commencé à dessiner à l’époque où Benjamin n’était pas encore venu nous voir. Ensuite, il a u peu dessiné sur le pilote pour la création de personnages. Il a travaillé sur le développement du film pendant trois mois. Il a fait une sorte de storyboard/bande dessinée qui était riche en renseignements sur les décors et machineries, sur les ambiances lumineuses et le style de mise en scène. Malheureusement il n’a pas pu faire ça pour tout le film mais au moins pour le premier tiers. A partir de là, il avait d’autres engagements donc il s’est un peu mis en retrait mais il avait un suivit régulier de la fabrication. J’allais le voir pour lui montrer où on en était et pour s’assurer qu’on ne s’éloignait pas du style.

media
Comment s’est passée la co-réalisation ?

Franck : Moi je suis plus sur la mise en scène et Christian est plus sur la réalisation. J’ai fait la conception visuelle, c’est à dire, les schémas de machines, les décors de certains lieux, le storyboard. Je m’occupais également des comédiens. Christian s’est occupé de la « tardification » des choses, donc comment prendre le style de Tardi qui est une bande dessinée fixe et l’amener à l’écran. On a pas mal travaillé ensemble sur la mise en scène. Je suis revenu à la fin pour le son, la musique, la post-production.

Comment arrive-t-on à ce style graphique ? 

Christian : Déjà, le graphisme de Tardi est singulier. Peu de dessinateurs dessinent comme lui et on reconnait tout de suite son style. On a épluché tout le travail de Tardi. Même si personnellement je ne connaissais pas trop, je pense que cela m’a aidé à avoir une certaine neutralité dans le travail. On a dessiné sur des tablettes et pas sur du papier. Regarder Tardi dessiner, regarder ses références nous a beaucoup aidé également. C’est important pour moi de pouvoir appréhender le geste de son dessin. Voir par quel détail il commence. J’ai remarqué qu’il avait un geste assez lent, il reste zen en dessinant.

Franck : Pour moi ce qui est intéressant, vu que je suis assez maladroit, c’est que j’ai remarqué qu’il avait une sureté du trait, il lève peu son crayon.

Christian : Tardi est très documenté, je me suis suis beaucoup retrouvé la-dedans car je me documente également. Il a aussi un langage graphique et il faut apprendre cette langue et pouvoir l’expliquer aux autres membres de l’équipe.

Franck : On est censé donner une illusion que Tardi l’a fait alors que cent personnes travaillaient dessus. C’est ce que j’appelle la collision entre l’artisanat et l’industrie.

AVRIL+ET+LE+MONDE+TRUQUE+PHOTO2

C’était important pour vous de parler de l’écologie ?

Franck : Non pas vraiment car l’idée était surtout comment faire avancer une aventure avec des scènes qu’on voulait et comment y arriver. C’est tout bêtement ça. Je pense que c’est à posteriori qu’on se rend compte des thèmes qu’on a mis dans le film, mais pas en amont.

Le film s’offre un très beau casting voix

Christian : En fait, le film n’a pas été écrit en fonction des comédiens qui allaient interpréter les personnages. Marc Jousset qui est producteur délégué exécutif sur le film et Perrine Capron qui est directrice de production se sont occupé du choix des comédiens. En tenant compte de la co-production du film, c’est à dire franco-belge québécoise, on a un casting français, belge et québécois.

Vous diriez que c’est un film pour les enfants ?

Franck : Pour moi il est destiné aux gens de 8 à 88 ans car en niveau de lecture, il y en a pour les enfants, pour ceux qui aiment Tardi, pour les scientifiques et pour ceux qui aiment l’histoire.

avril-et-le-monde-truque-au-cinema-le-4-novembre-2015_5462202-L